CalendrierFAQRechercherMembresGroupesAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
Message
 

 Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur


 
 


Avatar : Dylan Sprayberry
Métier : Lycéen
Messages : 53
Date d'inscription : 19/06/2016
Cors : 30

MessageSujet: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Mer 29 Juin - 9:33

Entre le royaume des vivants et des morts.
#Livia
Le contact des draps contre sa peau, la lumière du soleil filtrant par la fenêtre crasseuse. Toutes ces sensations auxquelles il s’habituait peu à peu. Cela faisait un peu plus d’une semaine qu’il était piégé dans cet univers. Petit jouet d’un créateur sadique parmi une foule d’autres marionnettes sans fils. Andy se redressa, jetant un regard à Isaac avec qui il partageait une chambre. Chacun avait placé son lit de part et d’autre de la fenêtre afin de créer une allée au centre par laquelle ils pouvaient rejoindre la porte. Andreas se glissa donc hors de son lit sans faire de bruit et ramassa quelques vêtements. Il descendit pieds nus et en caleçon pour éviter de réveiller les autres avec ses bruits de tissus.

Son esprit fourmillait d’idées, des bonnes parfois mais surtout des idiotes. Sa dernière lubie, Andy la tirait d’une conversation qu’il avait entendu en ville. Des inconnus discutaient entre eux d’un endroit appelé donjon par les gameurs. Il s’agissait d’un château et apparemment, cet endroit regorgeait de trésors en tous genres. Certains prétendaient même y avoir trouvé des salles entières remplies de coffres ouverts dont glissaient des pièces d’or. Andy n’était pas assez crédule pour croire toutes ces inventions mais il se disait que dans le lot d’informations erronées, il devait bien y avoir une infime partie de vérité.

La veille encore, le groupe d’amis avait eu une discussion. Ils étaient toujours désarmés, sans réelles défenses. Heureusement, ils avaient un toit au-dessus de la tête mais même ça, ça risquait de leur passer sous le nez s’ils ne parvenaient à payer le loyer tôt ou tard. Définitivement, il leur fallait une rentrée d’argent. Mais que faire ? À part se plier aux règles du jeu ? Andreas se voyait bien mal se faire engager comme apprenti auprès du tailleur ou du forgeron. Passer ses journées à créer des armes pour les autres sans en avoir une pour lui ? Et puis quoi encore. Andy voulait être utile. Il voulait aider et protéger ses amis.

La vérité, c’est qu’il se sentait un peu coupable. Ils étaient tous responsables de leur venue dans ce jeu, leur arrivée dans SAO avait été d’un accord commun. Pourtant, Andreas se disait que s’il n’avait pas été là, peut-être que les choses se seraient déroulées autrement. Il se culpabilisait pour rien, en somme. Le jeune homme enfila ses vêtements et ses chaussures et quitta la maison, ne laissant derrière lui qu’un petit mot afin d’éviter que son groupe d’amis ne panique total en se réveillant. Quelques lettres couchées sur papier qui se voulaient rassurantes à leur égard. On pouvait y lire :

- J’ai eu une idée pour trouver un peu d’argent. Ne m’attendez pas pour manger, je rentrerai tard.

Andy se mit en route. Il traversa la grande place puis la rue commerçante. Les murs protecteurs de la ville se dressaient entre la cité et l’extérieur. Le jeune homme quitta l’enceinte de la ville, sachant parfaitement que désormais, il serait voué à se débrouiller seul sans la protection des autres joueurs plus expérimentés et de la garde qui protégeait la ville. Andreas suivit le sentier, évitant de s’en éloigner pour ne pas se paumer dans la forêt ou dans les plaines. Les monstres grouillaient là-bas.

Sur la route, l’ancien étudiant en ingénierie aéronautique se rappela cette autre rumeur qu’il avait entendu en ville. Des joueurs rouges rôdant dans la nature, des joueurs qui s’amusaient à tuer de sang-froid d’autres joueurs. Des psychopathes, des fous ou juste des idiots. Andy espérait sincèrement ne pas tomber sur l’un de ceux-là. Lui, tout ce qu’il voulait, c’était entrer dans ce château, en traverser quelques pièces tout en attrapant une ou deux babioles de valeur au passage et puis rentrer aussi vite.

Ayant suivi les indications qu’on lui avait donné, Andreas finit par l’apercevoir. Majestueusement situé sur une petite colline, le château dominait les lieux. Il fallait avouer qu’il avait des airs de repère de géants dans les contes pour enfant. Andy n’aurait même pas été surpris d’entrer là-bas et d’y trouver une table immense comme dans Jack et le haricot magique. Sauf que lorsque sa main se posa sur le vieux bois craquelé de la porte et qu’elle hurla dans ses gonds en pivotant, Andreas ne discerna pas de table. Il ne discerna rien. L’obscurité la plus totale, opaque et oppressante. Dehors, le soleil brillait de mille feux mais dedans, le néant.

Des relents de moisissures et d’humidité lui sautaient aux narines. Andreas avait l’impression d’entrer dans un véritable château moyenâgeux. Au final, c’était peut-être le cas. Trop tard pour faire marche arrière, l’intrépide aventurier s’avança d’un pas. Dès qu’il fut dans le hall, un long frisson le parcourut. La salle était si haute de plafond qu’on ne l’apercevait pas, un gigantesque escalier partait en colimaçon vers l’étage mais certaines marches semblaient en si piètre état qu’Andy doutait de leur capacité à soutenir son poids.

Par sécurité, il opta pour l’exploration de la salle la plus proche. En espérant ne pas tomber sur une créature malfaisante ou un joueur cupide, voulant garde tous les trésors pour lui. Andreas s’aventura sur la pointe des pieds jusqu’à la porte et discerna assez distinctement une silhouette. Humaine, animale, autre ... il n’aurait su le dire.

Qu’importe, déjà, elle s’éclipsait dans la pièce suivante. Transi de peur mais déterminé, Andy s’avança lentement. De grandes bibliothèques affichaient des centaines de livres, des canapés avaient été disposés pour s’y installer et lire en paix. S’il n’y avait pas eu ces horribles têtes de bête empaillées, peut-être l’endroit aurait-il pu être accueillant. Quoi qu’il en soit, Andreas ouvrit un premier tiroir et plongea la main dedans. C’était peut-être du vol, ou peut-être pas. Mais en tous cas, il ne laisserait ni Olivia ni Isaac ni les jumeaux crever de faim juste parce qu’il manquait d’audace !
© 2981 12289 0

_________________

Stay
If I had a gun, I'd shoot a hole into the sun and i would burn this city down for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 
 


Avatar : AnnaSophia Robb
Métier : Etudiante
Messages : 21
Date d'inscription : 28/06/2016
Cors : 24

MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Mer 29 Juin - 11:26


Andy & Livia

J’étais la seule à avoir le luxe d’avoir une chambre pour moi toute seule. Pour la simple raison qu’il n’était pas question de séparer les jumeaux et les garçons s’était automatiquement pris une chambre ensemble. Je n’avais pas protesté. Je n’aurais pas été contre un peu de compagnie mais je n’avais pas non plus eut envie de me griller toute seule comme une grande. J’étais donc rester silencieuse et j’avais envoyer valser mon sac à l’autre bout de la pièce. De toute façon il était vide alors je ne risquais pas grande chose.

Mais être seule dans ma chambre ne voulait pas non plus dire que j’étais totalement isolée. Même si je dormais comme un bébé depuis deux ans, être coincé dans un jeu avait fait ressortir mes vieilles habitudes. J’avais passé toute mon adolescence à tendre l’oreille et à toujours être en alerte au cas où mes parents aient décidé une nouvelle fois de venir me faire encore des reproches sur ce que je faisais de mon temps libre. S’il pensait vraiment que je n’aurais pas entendu le bruit de la porte à peine ouverte pour ne pas faire trop de bruit ou les bruits de pas étouffer qui se voulait le plus discret possible il pouvait tout aussi bien se mettre le doigts dans l’œil jusqu’au coude. Je saisis rapidement mes vêtements pour les enfiler. Je savais parfaitement qui c’était. Je n’avais pas besoin de sortir immédiatement de la chambre. Cela faisait un peu plus de dix ans que je l’observais, je savais exactement comment il se déplace. Enfin… Ça et le fait que le bruit de porte ne venait pas du tout de celle des jumeaux et qu’Isaac était bien trop brute pour essayer d’être discret… J’attendis quelques secondes, guettant le bruit de la porte qui m’indiquait qu’il était sortit. Je ne savais pas ce qu’il prévoyait de faire mais après tout, je me disais aussi que sortir un peu me ferait le plus grand bien.

Son petit mot me fit sourire mais je levais aussi les yeux au ciel. Il ne fallait pas trop que je tarde si je voulais le suivre. Je pris le crayon pour griffonner rapidement « Partie en cueillette. Livia. » Je lâchais le crayon et sortit à sa suite. Il n’était pas encore trop loin et je gardais mes distances en me demandant quelle idée géniale il avait pût avoir qui nécessitait qu’il soit seul. Je ne savais même pas pourquoi je n’avais pas mis que je l’accompagnais. Peut être pour ne pas trop attirée l’attention. Mais j’étais vraiment inquiète pour Andreas. Je savais que sa barre de vie avait baissée. Pas assez pour que son curseur passe au orange mais assez pour que je m’inquiète. Bien sûr je savais qu’il est inévitable de perdre des points de vie en étant coincé H24 dans le jeu d’un psychopathe mais je ne pouvais pas m’empêcher de m’inquiéter pour lui.

Le suivre à distance n’était pas bien difficile, j’avais des années de discrétion derrière moi, j’avais au moins eut ça grâce à mes parents. Mais j’étais étonnée de découvrir sa destination. Parfois je me demandais si Andreas se rendait vraiment compte de ce qu’il faisait et du pétrin dans lequel il se mettait. Le hurlement de la table. L’obscurité. L’odeur horrible de moisissure et d’humidité. Je dus prendre un moment pour retenir un haut-le-cœur. J’avais beau vivre dans un petit appartement tout miteux, je l’entretenais quand même bien mieux que ce château et même si nous étions coincé dans ce monde virtuel depuis plus d’une semaine maintenant, je n’avais pas encore vraiment l’habitude de ce genre d’odeur. Mais puisque maintenant j’étais là… Et que je me demandais sérieusement ce que nous faisions ici, je m’approchais un peu plus de lui, passait discrètement par l’entrebâillement de la porte et me plaçait non loin derrière Andreas en croisant les bras pendant qu’il fouillait dans un tiroir.

Je peux savoir ce qu’on fout ici ?

Ma voix n’était qu’un murmure, je n’avais pas envie d’attirer l’attention de quelqu’un d’autre que lui. J’affichais également un petit air faussement fâché sachant que je n’avait jamais vraiment réussit à être fâchée contre lui. Mais quelque chose me disais que je pourrais rapidement apprendre à l’être s’il commençait à faire n’importe quoi tout seul dans son coin…
©Tagada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 
 


Avatar : Dylan Sprayberry
Métier : Lycéen
Messages : 53
Date d'inscription : 19/06/2016
Cors : 30

MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Ven 1 Juil - 6:59

Entre le royaume des vivants et des morts.
#Livia
Andy combattait son anxiété, ce château lui filait la chair de poule. Il savait que des tas d’autres joueurs avaient entendu parler de cet endroit et allaient tôt ou tard céder à la tentation de venir y jeter un œil. De même, il savait aussi que des créatures étranges rôdaient dans le coin. Des monstres qui attaqueraient à vue et sa jauge de vie ayant déjà pris quelques sales coups, Andreas ne pouvait se permettre de perdre davantage de points de vie. Mais que pouvait-il faire de plus ? À la maison, le groupe s’évertuait à trouver des solutions. Dans la réalité, Andy vivait encore avec ses parents et n’avait pas à remplir la marmite. Ici, c’était différent. S’ils ne trouvaient aucun cor ou aucun objet à revendre ... ce serait absence de dîner pour tout le monde.

Sa main se glissa dans un premier tiroir. Andy tâta les objets et en trouva des plus intéressants que d’autres. Edit: Sous ses phalanges, il sentit une texture inattendue. Des feuilles. Surpris, le jeune garçon les extirpa et les observa. Il s'agissait de plantes médicinales, des éléments bien utiles pour lui qui justement, avaient été récemment blessé. Aussitôt, il les rangea dans son sac à dos et replongea la paume dans le tiroir.

Soudain, une voix féminine parvint jusqu’à ses oreilles. Le jeune garçon fit un bond sur lui-même, sursautant si violemment qu’il se coinça la main dans le tiroir puis la retira vivement en l’agitant rapidement pour soulager la douleur. Son regard se tourna vers la demoiselle mais Andy l’avait déjà reconnue, rien qu’à sa voix énervée. Il la foudroya du regard et lâcha négligemment, plutôt à cause de la douleur qu’autre chose.

- Merde !

Andreas finit par s’approcher de Livia et la prendre par les épaules. Hors de question que la demoiselle l’accompagne, hors de question qu’il l’embarque avec lui dans cette aventure folle. Olivia comptait beaucoup trop pour lui, il refusait de mettre sa vie en péril pour quelques cors. Non, pas moyen. Andy la ramena donc dans le hall et lui chuchota à voix basse, sur un ton qui se voulait persuasif :

- Tu ne peux pas rester ici Olivia. Ça pourrait être dangereux, je ne sais pas trop ce qui rôde dans le coin mais je voudrais vraiment que tu rentres. S’il te plaît.

Il le lui demandait comme un service, ses yeux se posant dans ceux de la jeune fille. Andreas s’était emparé de sa main et la pressait tendrement. Il ne se pardonnerait jamais s’il arrivait malheur à la blonde juste à cause de ses lubies. Mettre sa propre existence en danger ne le dérangeait pas outre mesure, disons qu’il ne calculait pas la possibilité de sa propre mort. Mais mettre Livia dans le même bateau, c’était définitivement trop lui en demander.

Andy savait que chaque seconde dans cet endroit était comptée. Qu’un monstre pouvait surgir à tout moment, les emmenant dans sa tanière et les dévorant pour faire baisser leurs points de vie jusqu’à la mort. C’est pourquoi, il fallait qu’il persuade vite Olivia de rentrer. Mais Andreas connaissait trop bien la jeune fille, elle refuserait. Elle ne le laisserait pas ici, seul, avec une jauge arrivée presque à la moitié. À tous les coups, elle allait vouloir veiller sur lui et l’accompagner. C’était malheureusement à anticiper.

- Si je te promets de n’explorer que deux pièces et de sortir dès que je les aurai fouillées. Tu acceptes de m’attendre dehors ?

Andreas mettait toutes les chances de son côté. Deux pièces, ce n’était pas grand-chose ! Le plus important étant de pousser Olivia loin de ce château et de ses secrets. Il lui adressa un large sourire encourageant, espérant que la belle cèderait à ses exigences.

© 2981 12289 0

_________________

Stay
If I had a gun, I'd shoot a hole into the sun and i would burn this city down for you


Dernière édition par Andreas Eversson-Mands le Ven 1 Juil - 7:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Avatar : PNJ
Métier : Dictateur d'un univers qu'il s'est créé
Messages : 116
Date d'inscription : 03/10/2013
Cors : 191
Localisation : Au centre de Jackson ville, évidemment.
Emploi/loisirs : Distiller du bonheur.

MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Ven 1 Juil - 6:59

Le membre 'Andreas Eversson-Mands' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Gain de donjon' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beapartofhistory.forumgratuit.be


 
 


Avatar : AnnaSophia Robb
Métier : Etudiante
Messages : 21
Date d'inscription : 28/06/2016
Cors : 24

MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Ven 1 Juil - 7:48


Andy & Livia

Je me rendis compte que je n’avais pas mentit avec mon petit mot laisser sur la table à la suite du sien. J’étais bel et bien partit en cueillette. Ma récolte ? Un imbécile qui devait me connaître bien mieux pour savoir que je ne le lâcherais pas tant qu’il serait dans ce château… J’avais hausser les soucis en l’entendant juré après s’être coincer la main. Décidément, s’il était juste surpris par le son de ma voix, qu’es que ce serait quand il allait se retrouver face à quelqu’un ou quelque chose qui n’aurait pour aucun autre but que de le rayer de la liste des joureurs. Je le regardais ensuite avec de grands yeux et un micro sourire en coin tout en hochant légèrement la tête comme si je buvais ses paroles et que je trouvais qu’il avait entièrement raison alors qu’il me ramenait dans le hall.

Oh bien sûr, pas de soucis, je vais rentrer et je ferais une tarte comme ça tu seras heureux et tu pourras la manger quand tu rentreras. Oh… Wait… La tarte, c’est toi et tu seras probablement mort d’ici là !

J’accompagnais ma dernière phrase d’un air bien plus sérieux et d’une petite claque derrière sa tête. Rien de bien méchant mais assez pour lui faire comprendre qu’il pouvait se foutre le doigt dans l’œil jusqu’au coude s’il espérait que je sois une gentille petite fille. J’avais envoyé ma famille valsée puisqu’ils voulaient que soit une jeune femme modèle du style qui à toujours le repas prêt à l’heure, une maison toujours impeccable et un mariage foireux. J’étais et je restais une gameuse. Je n’avais absolument aucune intention d’être la demoiselle en détresse qui à besoin qu’un chevalier en armure sur son cheval blanc vienne la sauver de n’importe quel petite connerie.

Tu fais tes deux salles si tu veux, mais je ne vais pas faire la potiche à attendre dehors ! Vue comment tu as sursauté alors que ce n’est que moi il te faut au moins quelqu’un pour couvrir tes arrières.

Je n’avais pas vraiment réalisée avant mais il avait prit ma main entre deux de ses phrases avant de me demander de l’attendre dehors. Il fallut que je baisse les yeux pour m’en rendre compte. Et il me fallut un très gros effort de concentration pour ne pas montrer que le geste m’effectuait plus que si Cali, par exemple, l’avait fait. Je lâchais un petit soupire avant de relever la tête pour plonger mon regard dans le sien.

Tu n’as pas besoin de me protéger Andreas. Je sais qu’on est tous coincé ici mais tu n’es pas le seul. On est là, ensemble. Et ce n’est pas en essayant de nous éviter les ennuis qu’on les évitera vraiment. Eventuellement ils viendront frapper à notre porte un jour… Mais d’ici là, essaye de rester en vie… S’il te plait…

Parfois je me demandais comment j’avais fais pour tombée amoureuse de lui vue qu’il avait toujours son côté immature et irresponsable. Mais en réalité c’était extrêmement simple. Je n’avais cas plonger mon regard dans le sien pour savoir que j’aimais même ses défauts chez lui. Même si parfois ses réactions me rendaient complétement dingue.
©Tagada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 
 


Avatar : Dylan Sprayberry
Métier : Lycéen
Messages : 53
Date d'inscription : 19/06/2016
Cors : 30

MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Mar 5 Juil - 21:50

Entre le royaume des vivants et des morts.
#Livia
Andeas secoua la tête négativement. Il savait bien de quoi avait l’air son discourt ... d’un mec protecteur, entêté et suicidaire qui refusait l’aide que lui proposait son amie. Le problème était que cette amie, justement, était trop chère à son cœur pour la laisser risquer sa vie. Andy refusait de la voir mourir sous ses yeux, il ne le supporterait pas et n’arriverait plus à se relever s’il venait à perdre Olivia. Bien évidemment, la blonde et son caractère de feu envoyèrent le jeune garçon voir ailleurs à la vitesse de l’éclair. Elle lui administra même une petite tape sur la tête, soulignant bien le ridicule de sa proposition. Andreas soupira lourdement.

Bien qu’il détestait l’idée de mettre Olivia en danger, elle marquait plus d’un point ! Andreas était seul, désarmé et fébrile. S’il y avait quelqu’un pour surveiller ses arrières, il serait sans doute deux fois plus compétent. Cela le rendait malade d’emmener Olivia dans ses folies suicidaires mais la blonde ne partirait quand même pas ! Et quitte à la savoir dans ce château, autant savoir précisément où elle était et pouvoir intervenir en cas de danger. Andy captura la main de Livia et tenta une ultime fois de la convaincre, bien que ses arguments tenaient parfaitement la route. Sa sécurité et sa survie dépassait tout ça.

- Tu as raison. Désolé.

Elle marquait encore des points. Andreas n’avait pas le droit de la réduire à une demoiselle à protéger. Olivia, elle était tellement plus que ça ! C’était une gameuse, une fille pleine de combattivité et d’intelligence. S’il était dans la galère, c’était tout de suite à elle qu’il pensait pour être à ses côtés. Olivia était une alliée de taille, quelqu’un en qui il pouvait avoir confiance et qui avait des capacités à la fois au combat et à la stratégie. Refuser son aide était stupide et Andreas le réalisait désormais. Il finit par acquiescer et lui presser doucement les mains dans les siennes.

- Ensemble, on sera plus efficaces. Mais je refuse qu’il t’arrive quoi que ce soit ... au moindre mouvement ou bruit suspect, on fout le camp d’ici en courant !

Andy emmena Olivia avec lui dans la bibliothèque en la tirant par la main. C’était l’occasion de fouiller, de chercher la moindre petite chose utile à leur équipe. Des armes ? Certainement pas ici ! Entre deux bouquins ? Non, impossible. À vrai dire, n’importe quoi aurait pu leur être utile. Même une lampe pouvait possiblement être revendue ... bien qu’ils n’étaient pas du tout sûrs de trouver un intéressé pour un objet si peu révélateur ou utile. Andreas finit pour pousser un soupir, il avait fouillé toute une partie de la pièce mais rien n’était assez utile ou ne serait intéressant à revendre pour obtenir quelques cors si précieux. À contrecœur, il exposa son point de vue à Livia. Leur aventure allait devoir durer plus longtemps que prévu.

- Je crois qu’on va devoir inspecter une seconde pièce ...

Hors de question de suivre la silhouette qu’il avait aperçue un peu plus tôt. Andy récupéra la main d’Olivia et l’emmena cette fois dans la pièce opposée à la bibliothèque, celle de l’autre côté de la porte d’entrée. Andreas s’avança, une boule d’appréhension au creux du ventre mais ne découvrit qu’un minable petit placard à balais. Pourtant, sous ses pieds, le plancher lui donnait une drôle d’impression et il eut l’idée de se courber et de soulever quelques lattes. Une échelle de bois menait à la cave. Andreas partagea un regard avec Olivia et déglutit. Aucun bruit ne parvenait de l’étage inférieur et avant que la demoiselle puisse lui dire que c’était une mauvaise idée, le jeune homme descendit rapidement.

- Oh merde ...

Andy était arrivé en bas, les yeux ronds, la bouche entrouverte, il observait les lieux. Une faible lumière, provenant d’une lampe de bureau, éclairait mal la salle. Dans celle-ci, des tas de machines à découper, des scies de taille démesurées, des tables métalliques comme dans les laboratoires. Sur des étagères, des petits bocaux avec de drôles de choses dans du formol. Andreas déglutit à nouveau, sentant son courage s’enfuir à toutes jambes. Il était si tétanisé de peur que son corps ne répondait plus. Sa seule idée fut de lancer à Olivia :

- Surtout ... ne descends pas !

Aussitôt, il s’en voulut. Cette simple remarque suffirait à faire descendre la demoiselle ... par pur esprit de contradiction.


© 2981 12289 0

_________________

Stay
If I had a gun, I'd shoot a hole into the sun and i would burn this city down for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia   Aujourd'hui à 8:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre la nuit, la nuit et l'aurore. Entre le royaume des vivants et des morts || Olivia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UNE NUIT POUR TOUT CHANGER de Aurore Seïté
» Tarif nuit sèche / nuit supplémentaire...
» LA FILLE DE LA NUIT de Serge Brussolo
» Bernard Lenteric - La Nuit des enfants rois
» Contre-nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Be a part of History :: Aincrad :: Donjons :: Le château-
Sauter vers: